Un instant...

Un sonnet par minute

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Ad vitam aeternam.

Que le Soleil est beau quand tout frais il se lève,

De son âme odorante a rempli goutte à goutte

Gonflent. Vent d'été, vent des fleurs, doux rêve

La chambre, as-tu gardé leurs spectres ridicules,

Pareils aux mannequins ; vaguement ridicules ;

J'ai serti le rubis, la perle et le béryl,

Je te salue, enfant qui rêvais et chantais,

Du Raz jusqu'à Penmarc'h la côte entière fume,

J'ai ri de tes sonnets d'hier où tu montais

Au bruit des carillons qui chantent dans la brume.

A Francfort-sur-le Mein l'on entre, et l'on s'étonne

Que tant d'innocence émoustille,

Et le soleil dardait un rayon monotone

Et le printemps en fleurs sur ses pantoufles brille.

Abonnez vous ici RSS