Un instant...

Un sonnet par minute

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Ad vitam aeternam.

Je vis assis, tel qu'un ange aux mains d'un barbier,

Toujours l'or, et la viande, et les vins, et la viande,

— Coins fins, or mis au point, — d'un art presque oublié,

Princesse ! à jalouser le destin d'une Hébé

Du fond du gouffre obscur où mon cœur est tombé.

Frêle, petite et sombre, une fleur de montagne.

Entre mille débris au hasard amassés,

Qui, pâles du baiser fort de la liberté,

A ces fronts rajeunis chaque vert nuancé

Et de ma chair naîtra la rose ensanglantée.

Eh bien ! Mêle ta vie à la verte forêt !

Sisyphe, il faudrait ton courage !

Car je veux, lung-Frau, toucher tes pieds de près !

Venait se plaindre, hélas ! De leur lent esclavage.

Abonnez vous ici RSS