Un instant...

Deux femmes des mieux m’ont apparu cette nuit.

Dont la toilette n’est que l’accompagnement.

Et dans ta virginale et virile énergie,

Ni la solennité dolente des couchants.

Son vêtement tremblant chargé d’orfévreries

Le silence, l'espace affreux et captivant...

Et qui, sachant l’effet dont la cause est suivie,

Qui ne vend pas trop cher pour vendre sûrement,

Il râle, tremble et meurt. Et le calme héros,

Invoque ardemment le repos;

Verse un peu d’eau resté dans le creux de sa main.

C’est ta main consolante, et si sage et si douce,

Selon nul ventre que le sien,

Et la Muse aux beaux yeux chante dans l’eau des sources.

Version PDF | Partager : Facebook, Twitter

Personnaliser le poème, lui donner

Type de sonnet

(voir la doc)

Auteurs

un ou plusieurs (voir la doc)

Dates

(une ou plusieurs, voir la doc)

Thèmes

un ou plusieurs (voir la doc)

Type de rime (0)

5 niveaux (voir la doc)

Rime pauvre Rime suffisante Rime riche