Un instant...

Viens, ne marche pas seul dans un jaloux sentier,

J’en ai senti déjà les signes sérieux,

La tienne en tout pareille et sur tout point gardée.

C’est, ayant le cœur plein, d’avoir le gousset creux.

Mais une dame attend au bas des escaliers;

Où l’oiseau chante à l’ombre, et que lui font les cieux,

Doux, le front dans les cieux reconquis, et les pieds

La riche Thessalie et les monts glorieux.

C’est alors qu’apparut, tout hérissé de flèches,

De cheveux blancs ou blonds, les portraits, les fleurs sèches

Les abris verdoyants, les fleuves de cristal,

Ne craignez rien, je ne maudis

Je te puis emporter, et sur un arc-en-ciel,

La rose du vitrail toujours épanouie.

Version PDF | Partager : Facebook, Twitter

Personnaliser le poème, lui donner

Type de sonnet

(voir la doc)

Auteurs

un ou plusieurs (voir la doc)

Dates

(une ou plusieurs, voir la doc)

Thèmes

un ou plusieurs (voir la doc)

Type de rime (0)

5 niveaux (voir la doc)

Rime pauvre Rime suffisante Rime riche