Un instant...

Un sonnet par minute

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Chaque minute un sonnet est créé. 

Chaque minute un sonnet se perd. 

Ad vitam aeternam.

À vous ces vers, de par la grâce consolante

Avec sa marée incrustante.

Ou quelque mufle noir de tigre ou de molosse,

Pour veiner de son front la pâleur délicate,

Cire de London, canif, plumes d'oie,

Elle a vu, par la plage éblouissante et plate,

Et tu ne sais pas trop ce qu'on le chantera.

D'où vient-il, ce lointain frisson d'épithalame ?

Déjà très vieux et plein des antiques études,

Vains rejetons sevrés des mûrissantes flammes

Sur un feuillet d'album impitoyable et prude.

La rue assourdissante autour de moi hurlait.

Qui se perdent au fond des vertes avenues,

À dormir sur un lit d'herbe et de serpolet

Abonnez vous ici RSS