Un instant...

Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,

Le camp s’éveille. En bas roule et gronde le fleuve

Pour être le plus pur entre les plus terribles,

Date chère où revit incessamment mon rêve.

Pied, c’est du rêve que tu foules,

Comme l’abeille extrait le meilleur de la sève,

Tout le Meschacébé par-dessus lui s’étale.

Et dont le souvenir pour l'amour me ravive.

Lanassa ! fais flotter ton voile sur les eaux.

Rêveur, et ruminant au fond de mon cerveau

Ça ne manque pas de l’élément femme.

Mais il est las d’avoir tant peiné sur la glèbe

De ses poings de géant torture l'anathème ;

Labourer des champs d’ombre arrosés par l’Érèbe.

Version PDF | Partager : Facebook, Twitter

Personnaliser le poème, lui donner

Type de sonnet

(voir la doc)

Auteurs

un ou plusieurs (voir la doc)

Dates

(une ou plusieurs, voir la doc)

Thèmes

un ou plusieurs (voir la doc)

Type de rime (0)

5 niveaux (voir la doc)

Rime pauvre Rime suffisante Rime riche