Un instant...

Les longs récits autour du poêle, à la caserne,

Et ne trouvez-vous pas ce monde bien immonde,

Et sur les monts et dans la plaine

Au velours sombre et doux des mousses d’émeraude.

Attache à ce vieux tronc moussu la brebis pleine.

Tandis qu’au ciel montait la lune molle et ronde,

Ris du sculpteur, Passant, mais songe à l’origine

Et j’en ai des rages profondes.

C’est mon avis qu’en somme un bas blanc bien tiré,

Je viens, et que j'appuie à votre cheminée

Paya le dur nocher de la dernière barque;

Et, comme dédaigneux du contraste et du groupe,

Cependant qu’au milieu de la chambre gothique

Noble et pur, un grand lys se meurt dans une coupe.

Version PDF | Partager : Facebook, Twitter

Personnaliser le poème, lui donner

Type de sonnet

(voir la doc)

Auteurs

un ou plusieurs (voir la doc)

Dates

(une ou plusieurs, voir la doc)

Thèmes

un ou plusieurs (voir la doc)

Type de rime (0)

5 niveaux (voir la doc)

Rime pauvre Rime suffisante Rime riche