Un instant...

L'Homme et la bête, tels que le beau monstre antique,

Car son bras a guidé la première carène

J’y vois, par un soir d’or où valsent les moustiques,

Crie à Napoléon que Charles-Quint pardonne.

Les chiffres enlacés que liait l’entrelacs

En courbant les profils enchanteurs des collines;

J’ai le regard du basilic

Avec l’hymne qu’au vent le clair feuillage entonne!

Si le bonheur était d’ici, ce le serait!

Que tout voulait l'aimer ; elle noyait

La font reine et la font fantoche.

Quittez votre robe et mettez des bagues;

Une feuille est son cœur; un lierre ami, ses hanches;

Le combat des Titans au pommeau d’une dague.

Version PDF | Partager : Facebook, Twitter

Personnaliser le poème, lui donner

Type de sonnet

(voir la doc)

Auteurs

un ou plusieurs (voir la doc)

Dates

(une ou plusieurs, voir la doc)

Thèmes

un ou plusieurs (voir la doc)

Type de rime (0)

5 niveaux (voir la doc)

Rime pauvre Rime suffisante Rime riche