Un instant...

D'un doigt distrait frôlant la sonore bîva,

Elle ébauchait de loin la forme des poitrines

Des piastres, des doublons, et plus d’or qu’aux Incas

Je descends dans le parc et tout seul m’y promène.

L’âme du loup pleure dans cette voix

Il a vu, par les soirs tempétueux d’automne,

Il ne bat plus, ce cœur où le sang d’un Gaulois

Mettait un nimbe au front des belles Florentines.

Aimons-nous doucement. L'Amour dans sa guérite,

Car le tombeau toujours comprendra le poète,

Se penche, et voit son sein où la clarté se pose.

Dans la considérable touffe

Emportait avec elle et sa fureur jalouse

Le cri des Gloires qu’il étouffe.

Version PDF | Partager : Facebook, Twitter

Personnaliser le poème, lui donner

Type de sonnet

(voir la doc)

Auteurs

un ou plusieurs (voir la doc)

Dates

(une ou plusieurs, voir la doc)

Thèmes

un ou plusieurs (voir la doc)

Type de rime (0)

5 niveaux (voir la doc)

Rime pauvre Rime suffisante Rime riche